CRITIQUE DE LIVRE DE BILL GRAHAM: THE CALL OF THE WORLD, Par Jean-Pierre Juneau (Review)

juneau_june_2016.jpg

J'ai beaucoup aimé ce livre de Mémoires de notre ancien Ministre, en particulier la partie très originale consacrée à la diplomatie parlementaire internationale , un domaine auquel le Ministre Graham a apporté une contribution significative.

Après nous avoir présenté son milieu familial , ses années d'études et de formation professionnelle qui l'ont amené rapidement à s'intéresser aux affaires internationales dont en particulier le droit international et le commerce international, Bill Graham a entamé rapidement une carrière de conseiller juridique facilitée par ses contacts familiaux , contacts qui lui permirent de prendre de l'expérience et de commencer à développer un bon réseau de contacts en Europe et aux Etats-Unis . Cette première carrière lui permit de développer son intérêt à l'égard du droit international , du commerce international ,du droit humanitaire et des droits de la personne , un cheminement qui devait le mener ultérieurement vers son engagement en politique fédérale.

Cette partie présente donc une excellente description d'un itinéraire personnel qui se développe presque naturellement et sans ambitions exagérées , ni trop manifestes.

Ce nouvel engagement politique exigea toutefois une assez grande détermination puisque ses premiers pas dans ce nouveau domaine ne se sont pas faits sans difficultés , car il fut soudainement amené à fonctionner au sein d'un nouvel univers social , plus diversifié avec lequel il était au départ peu familier. Sa carrière universitaire devait toutefois lui assurer une position de repli tant et aussi longtemps que le sort des urnes ne lui assura pas une entrée en politique fédérale.

Toute cette période de sa vie professionnelle est décrite avec verve , et de manière à susciter et conserver l'intérêt de ses lecteurs.

L'expertise acquise dans les affaires internationales , l'amena à faire partie rapidement du Comité des Affaires étrangères et du Commerce international de la Chambre des Communes à titre de vice-président avant d'en assumer la présidence comme suite à la nomination de Jean-Robert Gauthier au Sénat.

On peut dire que la participation de Bill Graham aux travaux de ce Comité , son expertise en Droit international , en Commerce international et son intérêt pour les Droits de la personne contribuèrent à donner une nouvelle impulsion aux travaux de ce Comité , et à lui donner plus de lustre pour ainsi dire. C'est également cette partie de ces Mémoires qui décrit bien le nouvel élan donné à la diplomatie parlementaire canadienne par Bill Graham , et elle constitue selon moi , l'apport le plus significatif à une meilleure compréhension d'une dimension généralement peu explorée des activités internationales du Canada . Le député Graham manifeste beaucoup de dynamisme dans l'exercice de ses responsabilités à cet égard , et saisit toutes les occasions qui lui sont ainsi offertes pour continuer à enrichir et encore plus diversifier son réseau de contacts internationaux.

L'auteur note à quelques reprises qu'il n'est pas une personne polémique par nature , mais est plutôt quelqu'un qui cherche à éviter les conflits ; c'est une caractéristique qu'auront sans doute appréciée avec le temps ses électeurs de Toronto , ses collègues de la colline parlementaire à Ottawa , et le Premier ministre Chrétien avec lequel les liens se sont développés graduellement jusqu'à ce qu'il lui demande d'accéder au cabinet à titre de Ministre des affaires étrangères et du Commerce international.

La description de l'évolution de ses rapports avec le Premier ministre Chrétien est d'ailleurs intéressante à lire , et jette une lumière particulière sur le mode de fonctionnement du gouvernement de l'époque. Son jeu d'équilibriste entre les membres des équipes Chrétien et Martin démontrera plus tard un jugement solide appuyé par un sentiment de fidélité et de justice qui est tout à son honneur.

Commence alors une autre étape dans la carrière assez exceptionnelle de cet homme politique , carrière qui devait le mener éventuellement à la tête du Ministère de la Défense avant de devenir Chef intérimaire du parti libéral du Canada comme suite à la démission du Premier ministre Paul Martin après sa défaite électorale.

Ce livre de Mémoires ne contient aucun règlement de compte pour ainsi dire ; c'est un livre où l'on peut noter parfois des préférences marquées à l'égard de certaines personnalités , par exemple le Secrétaire d'État Colin Powell , ou à l'égard de quelques pays tels que la Grande-Bretagne et les Etats-Unis , préférences dictées par la géographie et les liens culturels et historiques.

Il formule par ailleurs des commentaires pertinents sur diverses autres personnalités internationales rencontrées dont l'allemand Joschka Fischer , l'un des plus atypiques parmi les Ministres des affaires étrangères de l'époque , mais aussi l'un des plus critiques à l'égard de la politique étrangère américaine post-11 septembre , et Hugo Chavez avec le Sommet des Amériques de Québec qui est également très critique de la politique américaine de l'époque .

Homme généreux , Bill Graham ménage à bien des égards le Secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld considéré par divers analystes et personnalités internationales comme un criminel de guerre ; mais c'est la loi du plus fort qui prédomine ,d'où l'importance pour un pays comme le Canada , de privilégier le multilatéralisme et le Droit international selon la logique impeccable de Bill Graham.

Dans ce genre de Mémoires , l'auteur présente naturellement ses points de vue et ses analyses sur des personnalités et des évènements auxquels il fut associé de près ou de loin ; il ne s'agit pas d'un document dont l'objectif consiste à faire preuve d'objectivité ; il est même normal d'exagérer parfois sa contribution ou son influence personnelle sur le déroulement de certains évènements auxquels il fut exposé .

De façon générale toutefois , ces Mémoires présentent des vues modérées et réalistes . Bill Graham était à bien des égards , un naturel parmi l'équipe libérale de l'époque , pour occuper les fonctions de Ministre des affaires étrangères et du commerce international , un Ministre qui fut en outre très apprécié par ses fonctionnaires .

Quant à l'Afghanistan et ses contradictions , aux rivalités interministérielles inmanquables , aux ambitions et aux problèmes d'égos sur-dimentionnés que l'on peut retrouver dans tout système bureaucratique , eh bien , lisez cet excellent ouvrage pour de plus amples informations , des Mémoires très bien écrits , qui se lisent facilement et qui apportent une perspective et un éclairage qui assurent une meilleure compréhension de la politique internationale contemporaine du Canada.

Ah , j'oubliais ! Que penser de la politique étrangère de l'ère Harper ? Un fiasco selon les derniers et très brefs commentaires de Bill Graham !

Bonne lecture ; vous ne serez pas déçus !

Jean-Pierre Juneau

Tags: Jean-Pierre Juneau