• Home

Pierre Beemans

Please click on the title to see the full article.

TEMISKAMING TREASURES (OR, YOU WERE WRONG, THOMAS WOLFE...) By Pierre Beemans (Article)

 

pierres photo

Pierre Beemans

Temiskaming Treasures
(or, “you were wrong, Thomas Wolfe...”)

....you can go back home again. And that is what I did a couple of weeks ago.

New Liskeard is a pleasant town of about 4,000 in Northern Ontario at the head of Lake Temiskaming that I left in 1952 when I was 14 and had only revisited briefly twice - the last time almost 40 years ago. Not that I had anything against returning, it’s just that studies, life overseas, jobs, family and all that made the 500 km drive from Ottawa something to be constantly set aside for another year (or decade).

A few weeks ago my 14-year old grandson, Thomas, decided that our annual end-of-summer road trip together should be the occasion to see the town I grew up in. My daughter in Toronto then decided that her 6-year old, Lazarus, should also share the experience - and herself along with him. So, I rolled down Highway 401 to Toronto, picked them up and off we all went.

Google Maps told me that it would take only five and a half hours to do the 515 km up Highway 11 from Toronto. Google Maps hadn’t factored in summer traffic, heavy rain, two energetic kids in the back seat and an 80-year old driver. We stopped off at the Fern Resort in Orillia for some R&R until the sun came out: a pleasant family-oriented venue with an interesting history and lots of things to keep kids busy.

Northern Ontarians say that everywhere south of North Bay is Southern Ontario, but to my mind once you push past Gravenhurst or Huntsville you are definitely into the north country. Signs every 5 or 10 km point to narrow roads that lead off through the spruce, pine and birch to campsites, cottages and the occasional village. Once you have passed through the metropolitan area of North Bay (pop. 70,000) there is only Temagami (pop. 800), Latchford (pop. 400) and Cobalt (pop. 1200) for 150 km.until you reach Temiskaming Shores.

Temiskaming Shores? When I was a kid, there was only New Liskeard, Haileybury and Cobalt in what was known as the Tri-Town region. It seems that in 2004 the first two amalgamated - why Cobalt opted out I don’t know, but even back then Cobalt had a look, a flavour and a history that was unique in Ontario, and probably in Canada. Books have been written about Cobalt, the great silver boom during the first decades of the 20th century when its population reached 20,000 (it was for a while the 4th largest silver producer in the world). Cobalt was the birthplace of hard-rock mining in Canada; it was also the home of the Cobalt Silver Kings hockey team that played in the first year of the National Hockey Association (later renamed NHL).

The silver mines are all closed now, but several of the headframes remain and there are tours through some of the tunnels. Even after it was written off as a ghost town, the rugged Cobalt spirit kept it going and now there is renewed interest in its namesake, the mineral cobalt. Cobalt was considered a nuisance when they were mining silver, but now that it is a critical element in lithium batteries there are plans to open some new mines. They could start by re-processing the millions of tons of waste rock and tailing that surround the town.

The millionaires who owned those mines built their mansions a few miles up the road in the picturesque town of Haileybury (pop 3,000), so that their homes could look out across the Lake to Quebec. Haileybury is the administrative seat for Temiskaming district: the courthouse and jail are there (which is why we sometimes called it ‘Jaileybury’ as kids). The first streetcar line in Ontario north of Toronto ran through Haileybury from Cobalt to New Liskeard.During the great Haileybury forest fire of 1922 in which 43 people died, the town burnt down except for the majestic homes on Millionaire’s Row which are still there (go figure...). Haileybury had a hockey team in the NHA too, and it was later taken over and moved to Montreal to become Les Canadiens. The first game the Montreal/Haileybury Canadiens played was against the Cobalt Silver Kings; Montreal won 7-6 in overtime.

New Liskeard has a much more prosaic history. it sits at the southern edge of the Little Clay Belt, a geographical anomaly of fertile soil amidst the rock and hills of the Canadian Shield, straddling the Quebec-Ontario border north of Lake Temiskaming. As French Canadian settlers and English-speaking World War I veterans cleared the land for their farms, ‘Liskeard’ grew as an agricultural market town where the Wabi River emptied into the Lake. Farming wasn’t easy, as the growing season that far north is pretty short, but persistent farmers survived and those who didn’t drifted into the mining and logging industries farther up in places like Kirkland Lake, Timmins, Cochrane and the Abitibi. Farming seems to be doing better now - perhaps new technologies and climate change are helping. There wasn’t much industry then to speak of except for the iron works and the canning factory; several promising ventures opened up in recent decades, but it’s a long way to those southern markets and few have survived. New Liskeard has no dramatic history like its two neighbours to the south, it has nice houses but nothing spectacular: it was just a comfortable, quiet and reasonably prosperous place to live and grow up in. One can’t ask for more.

The town’s major hotel and the two chain motels on the northern outskirts were full, so we had to settle for the Edgewater Motel and Campground, halfway between New Liskeard and Haileybury. It looks like a thousand other strip motels: a dozen or 15 rooms laid out along the highway, and I had my misgivings as we drove in. I could not have been more mistaken: clean rooms, fresh linen, beautifully tiled and well-equipped bathrooms, comfortable beds, reasonably priced... and wi-fi for Thomas’s cellphone and iPad! John, the owner, is friendly and helpful, and a well-kept lawn stretches behind the building down to the Lake.

New Liskeard is now a mix of new and old: a ring of new bungalows around the older town that I remembered, lots of new stores in the ‘downtown’ but mostly housed in the same buildings that were there 60-70 years ago. It was good to see that the gracious old 1911 Carnegie library that I spent so much time in as a boy is still there, along with the 1905 Grand Union Hotel - the place that our parents would tell us to stay out of. The downtown looked a bit tired, though - I gather that the big shopping mall on the outskirts has sucked a lot of life out of the local businesses. We visited the house that I grew up in (it seemed so much smaller than the castle I recalled) and I was pleased at how many of the other homes in our neighbourhood were still there and at how many names came back to me.

I had a long, enjoyable chat over coffee at the Meteor Cafe in Haileybury (more about that later) with one of my old friends and classmates whom I had not seen in 40 years. It’s strange how some school friendships endure: it felt as relaxed and natural as though we had last met the previous summer. The next morning we drove out to visit another high school contemporary at his cottage on Twin Lakes, where my father had built our cottage after World War II. He has done some impressive historical research on Northern Ontario in general, including several books, and is presently engaged in a history of the George Taylor Hardware, his family’s old firm that once was a chain of a dozen branches across Northern Ontario and Northern Quebec. My father had been the comptroller for the company and he had kindly put together a number of texts and pictures about my father for my own genealogical efforts.

Now, the Meteor Cafe. Northern Ontario is known for many things, but fine dining has generally not been one of them. All that changed in 2016 when the Meteor Café opened in Haileybury. John, the motel owner, suggested that I go there for my coffee on our first afternoon; after I had seen the setting and the menu, I brought my daughter and grandsons there for supper that evening, and for breakfast and lunch the next day as well! I would rate it as one of the best restaurants I have eaten in for years, in terms of the quality of the food, the preparation and service, the décor, and the personality of its owners, Nicole Guertin and her partner, Jocelyn Blais.

Nicole can only be described as a ‘force de la nature’. Back in 2002, she was driving along Highway 11 and turned off to take a look at the Tri-Towns and Lake Temiskaming. She fell in love with the beauty and history of the region, with Lake Temiskaming, and in particular with a magnificent old Cobalt millionaire’s mansion in Haileybury that was up for sale. She returned the following year to buy it and, after overcoming some initial resistance from the neighbours, renovated it as a B&B. Over the next ten years she and Jocelyn acquired five more homes as B&Bs and another one to live in themselves.You can check the B&Bs out at www.presidentssuites.com.

One of the first questions her guests asked was, “What is there to see around here?” So Nicole and Jocelyn pulled together a team of local history buffs and web designers and, with the help of some community organizations, developed a smartphone/tablet app called ‘TiC - Temiskaming Interactive Circuit’ with self-guided walking and driving tours that introduce you to fascinating but little-known people and places in the Tri-Town region. Not just the Cobalt silver boom and the Great Haileybury Fire of 1922, but people like:
• Charles Paradis, the Oblate priest who explored the north by canoe and snowshoe, and who brought the first French-Canadian settlers up to the Little Clay Belt. Along the way, he fought with politicians, lumber barons and his own superiors, and was eventually kicked out of the Oblates.
• Chevalier Pierre de Troyes, who camped at the mouth of the Blanche River just east of New Liskeard, on his way up to capture three English forts on James Bay in 1686;
• Leslie McFarlane, better known to generations of young boys as Franklin Dixon, who wrote many of his Hardy Boys books while living in Haileybury;
• Peter Grant Jr., a new Liskeard boy and prominent philanthropist who was named as one of the 100 richest Canadians in 2004 and whose new jaw-dropping 65,000 sq.ft. home in Haileybury is said to be the largest in Canada.
• Father Les Costello, whose name is on the Stanley Cup as one of the Toronto Maple Leafs in 1948 and who later as a a parish priest in Cobalt, Kirkland Lake and Timmins helped raise over $4,000,000 for good causes playing with other priests across Canada and the US on the legendary Flying Fathers team;
• Sir Henry William Pellatt, who was said at one point to control 25% of the Canadian economy and who built the Casa Loma in Toronto with the profits from his Cobalt silver mines;
• Wilfrid Paiement, who started life as a logger on the Montreal River and was reputed to be the strongest man in Canada. He raised 250 horses on his farm near Earlton, some of which were national champions, and two sons - Rosaire and Wilfrid jr. who played in the NHL;
• and, not least, the ‘Meteor’, the majestic steamboat that sailed on Lake Temiskaming picking up passengers who had come up the Ottawa River and around the rapids. At one point there were five steamboats operating on the Lake, but the construction of the T&NO railway (Temiskaming and Northern Ontario - now the Ontario Northland Railway) from North Bay to James Bay put the boats out of business; the Meteor burned and sank in 1926.

Which brings us to the second question Nicole Guertin’s B&B guests asked her: “Where is a good place to eat around here?” Nicole did not want to disappoint her guests, but she didn’t want to lie to them either. So in 2016 she and Jocelyn opened the Cafe Meteor Bistro in a 100-year old building on Ferguson St., Haileybury’s main street. The restaurant seats 44 comfortably; farms on both sides of the Lake (as well as an old-order Mennonite colony in Matheson that was not there when I was young) provide the vegetables, grains, dairy products, as well as the meat (beef, lamb, elk, bison, pork, etc.) which is butchered in a local abbatoir; and yes, there is good beer from a local craft brewery.

The menu is not pretentious but it is delicious and the quality and service is uncompromising. For Sunday morning breakfast and brunch, the Meteor turns into a creperie but, unfortunately, we couldn’t stay for the weekend. You can see the menus on Facebook (Café Meteor Bistro) or on Calameo, but to fully appreciate it you might want to invest in a trip up to Haileybury over a long weekend: you won’t regret it and you’ll have a chance to get to know one of the most interesting corners of the province.

The Meteor is a tremendous booster for the history, culture, talent and activities of the Temiskaming region: the décor includes lots of memorabilia (including a beam salvaged from the SS Meteor) and background literature; local musicians and storytellers come in on Fridays and Saturdays for ‘Unplugged Evenings’; and Nicole and Jocelyn promote and even organize tours and events featuring local attractions. They are a great example of what committed entrepreneurs can do for their community.

The drive back to Ottawa was anticlimactic: the alternator died and the van rolled to a stop 300 m before the Canadian Tire garage, the only one open late Friday evening in North Bay. Our luck held and we bagged the last room in the Hampton Inn next door. By Saturday afternoon we were back home again - proving Thomas Wolfe wrong for the second time.

I never actually finished reading Wolfe’s classic, ‘You Can’t Go Home Again’, but the the phrase has always stuck in my mind. He was not particularly complimentary about his home town in the book, and apparently he even received death threats from some of the citizens afterwards. I hope that won’t be my experience with this review, but if it is, I would like to have my last meal in the Cafe Meteor Bistro.

VOYAGE AU RWANDA - JUILLET 2018 Par Henri Bigras (Article)

 Bigras.png

Henri Bigras

Si marcher Compostelle pendant deux semaines en juillet 2017 a permis un bilan personnel réconfortant, parcourir en 2018 le Rwanda en famille le fut encore plus. C'était un très vieux projet pour les 12 ans de Maïka, notre petite-fille. Notre fils Éric n'y était pas retourné depuis 1983, 35 ans. Voyage extraordinairement réussi. Je vais essayer d'être factuel et réaliste. J'ai été un peu ébloui par les constats. J'ai donc essayé de confirmer par des informations les plus objectives disponibles mes coups de cœur. Je vous laisse donc apprécier.

Mes séjours antérieurs au Rwanda
J'ai d'abord séjourné au Rwanda de 1967 à 1969, comme professeur volontaire au Collège Saint-André, et responsable du SUCO pour le Rwanda et le Burundi. Marrié à une rwandaise fin 1968, mes liens avec le Rwanda se sont peu à peu amplifiés.
Responsable du Programme Rwanda de la Coopération Canadienne de 1974 à 1976, j'y ai alors effectué plusieurs missions dans le cadre d'un ambitieux projet de construction de locaux d'enseignement et laboratoires pour l'Université Nationale du Rwanda.
J'y suis retourné de 1981 à 1983 comme Premier Secrétaire et Consul, procédant à l'ouverture du Bureau de l'Ambassade du Canada à Kigali, au développement notamment au projet de mise en valeur d'un projet de riziculture au Mutara, malgré les résistances des autorités de l'Acdi, consciente du peu de connaissances et d'expertise ne la matière. Ce projet s'est avéré, malgré les résistances, un grand succès dans le cadre de plusieurs autres projets semblables à travers le pays.

De retour en 1996, dans le cadre du problème de logement, lié au retour des réfugiés hutus qui rentraient de RDC. Le Gouvernement ayant décidé de respecter les droits de propriétés antérieurs à 1994 de ces réfugiés. J'ai alors constaté l'ampleur des dégats résultants du génocide. Non seulement environ 800,000 personnes ont été tués, mais les génocidaires se sont acharnés à tout détruire avec une rage inimaginable. Ils ont fait avec des machettes, des marteaux et des houes plus de dégats que les combats avec des fusils. À Kigali et Gitarama notamment, même le sol en ciment des maisons avait été réduits en tout petits gravats.

Kigali
J'étais retourné en 2011 pour un mariage de la fille d'une amie rwandaise avec un canadien. Mais ce dernier voyage fut rapide, surtout centré autour de quelques visites familiales et cérémonies du mariage. Trop rapide et social pour laisser un souvenir très précis.Cette fois, nous y avons séjourné deux semaines et la ville de Kigali m'est apparu tellement différente... Partout, partout, des constructions d'immeubles résidentiels, commerciaux et même industriels. Heureusement, avec l'aide d'une amie, un chauffeur nous conduisait. Sur le site suivant, il est possible de visualiser des images récentes, donc de constater. http://satellites.pro/Rwanda#-1.964283,30.099381,18

Kigali, à mon grand étonnement, est peut-être dans le sillage (avec un retard encore important, quand même) de villes comme Nairobi et Kampala malgré les destructions indescriptibles de 1994, que j'avais constaté de visu en 1996 lors d'une mission spéciale liée au retour du Congo des réfugiés hutu suite à la prise du pouvoir par le FPR. Kigali était encore une super catastrophe alors. À vous de juger le résultat des 22 dernières années. La ville est très propre (sacs de plastique prohibés), bien entretenue et dynamique. Beaucoup de richesses mais encore une classe moyenne besognante et, évidemment, des moins nantis encore trop nombreux, à la limite de la pauvreté. La circulation automobile est très dense. Les taxis nombreux. Les motos taxis encore plus et ne respectent pas vraiment les règlements malgré la réputation très autoritaire pour la discipline des policiers et dirigeants rwandais. En périphérie de la ville, de nombreuses bicyclettes taxis (un carré de mousse sur le porte bagage de la roue arrière) circulent dangereusement en bordure de route.

Musees
Notre première destination hors Kigali fut Nyanza pour visiter le Musée de l'histoire ancienne. Puis le musée ethnographique de Butare, initié en 1955 par le roi des Belges, Beaudoin. Dans la cour nous avons retrouvé, selon l'information obtenue, une résidence traditionnelle construite il y a 70 ans par le grand-père de Béatrice. Incroyable. Elle a certainement été rénovée tellement elle semblait en bon état. Puis nous avons rencontré, en banlieue de Butare, une tante maternelle, religieuse âgée et retraitée, toute souriante de nous revoir avec Éric et Maïka.

Le lendemain, direction parc de Nyungwe, forêt tropicale humide, réserve naturelle, poumon écologique du Rwanda, avec ses nombreux oiseaux et singes La principale autre attraction touristique reste le spectaculaire pont suspendu au dessus des arbres de la forêt Nyungwe qui est bien le clou du spectacle. Pour le panorama qu'il offre mais aussi pour les tremblements qu'il provoque dans les jambes. Je ne suis pas du tout sujet au vertige, mais il faut avouer que marcher sur ce pont non rigide se balançant dans tous les sens à chaque pas a vraiment le don d'accélérer le rythme cardiaque. Ses 170 mètres de long, étroit de moins d'un mètre, avec les mains sur les câbles, m'ont un peu mis les jambes en trémolo. Les nombreuses et étroites sections retenues par des câbles, 60 mètres et plus au dessus de la cime des arbres, se balancent dans tous les sens à chaque pas. Cela accélère effectivement le rythme cardiaque. Certaines, Maïka et son amie Keïsha, prenaient un malin plaisir à le faire osciller. Mais la vue unique et le panorama en valait l'expérience.

La route entre Butare et Nyamasheke était en rénovation et bitumage. Encore un projet réalisé par les chinois sur financement international Les routes entre les villes de l'intérieur sont reconstruites asphaltées ou en construction, toujours par des entreprises chinoises.(Tout comme la route Kayanza-Kagitumba, route menant au Parc de l'Akagera et en Uganda.) Mais la route vers Gisenyi, suivant le lac Kivu, jadis une expédition impossible, est maintenant asphaltée, pittoresque, panoramique, etc. Comme nous n'avons pu trouver de logement à Gisenyi, nous avons pour suivi et dormi a Ruhengeri. Une expédition, qui aurait duré de nombreux jours il y a peu, a été réalisé en une journée. Et, comme à Butare, nous avons dormi dans un hôtel possédé par des religieuses. Je soupçonne les communautés religieuses canadiennes et européennes d'avoir recyclé la vente de leurs biens immobiliers au Canada et Europe au profit de la pérennité de leurs communautés au Rwanda. Simple hypothèse de ma part!

Parc Akagera
Puis, pour la première fois en 50 ans d'Afrique, j'ai fait un vrai safari, au parc de l'Akagera, avec chauffeur et vaste tout-terrain avec toit ouvrant pour observer les animaux en toute sécurité.

Dès le départ, notre guide a repéré un léopard. Chance unique puisque c'était seulement la deuxième de sa carrière qu'il avait cette chance. Il faut avouer que le camouflage du léopard est impeccable. Et le léopard imperturbable, immobile, hautain, certain d'être invisible parmi les hautes herbes. Même sur une photo, il est difficile à identifier.
Puis les animaux ont défilés. Hippopotames, crocodiles, zèbres, girafes, buffles, impalas, oribis, éléphant. Beaucoup d'oiseaux exotique. Beaucoup mieux que ce que j'avais observé lors de mes séjours antérieurs. Le parc a été réduit d'environ la moitié suite au retour des réfugiés avec leurs troupeaux de vaches en 1994. Mais il m'a semblé plus grand parce que mieux exploité. Il est maintenant complètement entouré d'une clôture infranchissable pour séparer troupeaux sauvages et domestiques. Et cela semble fonctionner parfaitement. Une réussite.

Nyamata
Initialement, nous avons visité le monde rural dans la région de Nyamata. D'abord une école privée primaire subventionnée par une ONG américaine. Excellente initiative, très bien menée. Mais une goutte d'eau pour favoriser l'amélioration de l'enseignement primaire dans cette région. Les écoles publiques n'ont pas accès aux mêmes ressources. Puis visite d'une coopérative de travailleurs agricoles associés à des propriétaires terriens où chacun semble en tirer de grands bénéfices. Les coopérateurs y trouvent un salaire assuré en plus de leur propre terre personnelle. Et ils bénéficient de la coopérative pour recevoir conseils, encadrement et support mutuel, les risques de la qualité de la récolte étant assumés par les propriétaires.

Les paysans du Rwanda, comme ailleurs dans le monde rural africain, n'ont que très rarement accès à l'électricité et l'eau courante. Le réchauffement climatique les affecte. Une amélioration très lente.

Béatrice est retourné à Mushishiro, revoir la terre de son grand-père et de son père. Elle n'avait pas osé y retourner depuis 1962, 56 ans, pour ne pas créer de remous. Elle s'est informé s'il était possible d'identifier un personne contact pour renouer le lien brisé. Nous avons été dirigé vers une dame qui vivait seule sur une petite propriété avec sa vache. La rencontre fut magique. Elles sont tombées dans les bras l'une de l'autre, très émues, les yeux humides. La mère de la dame les gardait quand Béatrice, tout jeune enfant, séjournait à cet endroit dans son enfance. Les souvenirs étaient peut-être un peu confus, après près de 60 ans, mais les émotions très grandes.

Son grand-père avait une grande propriété plantée d'arbres fruitiers et son père un domaine forestier qui furent perdus sans compensation lors des événements qui, à partir de 1968 ont amené le départ massif de tutsi vers les pays voisins, qui a abouti au génocide de 1994 et la prise du pouvoir par le FPR.

Plusieurs membres de l'Église catholique, au nom de "La Doctrine Sociale", auraient favorisé les violences au Rwanda à partir de 1958 jusqu'au génocide de 1994. Plusieurs témoignages entendus vont dans ce sens. Les gouvernements issus de ces violences furent pire que les précédents, favorisant des familles et des régions au détriment de l'intérêt national et paralysant le développement du pays.

Le nouveau Gouvernement insiste pour l'oubli des tensions ethniques, l'engagement à éliminer toute référence à l'ethnicité, et la mise en avant d'une seule identité officielle, celle d'être tous rwandais et égaux. Ce qui ne veut pas dire qu'en privé, la majorité n'a pu encore oublier les séquelles des problèmes ethniques historiques.

Développement
L'essor économique actuel est palpable, avec un choix plus capitaliste que socialiste. De nombreux rwandais semblent de retour au pays pour investir leurs économies réalisées à l'étranger, avec des retombées qui semblent évidentes sur l'ensemble de la population. Mais sans enrayer la pauvreté encore évidente dans ce pays enclavé.
Pendant mon récent séjour la confirmation du chemin de fer électrique entre Dar es Salaam et Kigali et l’ouverture de la première usine d'assemblage de véhicules au Rwanda par Volkswagen. Une usine sud américaine, Positivo-BGH, fabrique des ordinateurs portatifs au Rwanda depuis quelques années.

Enseignement
Les écoles publiques sont obligatoires en principe pour toute la population mais ne peuvent offrir le même salaire que le secteur privé. Donc, tout ceux qui ont un tout petit peu de moyens financiers, même faibles, optent pour le secteur privé. Il y a même plusieurs institutions d'enseignement universitaire qui foisonnent. L'enseignement n'est pas toujours d'aussi bon niveau que les universités officielles. Un de mes anciens élèves de 1967, impliqué dans la direction d'un de ces établissements, m'a expliqué les efforts qu'ils font pour améliorer les qualifications des professeurs. Donc beaucoup de diplômes et une qualité qui s'améliore d'année en année. C'est prometteur pour l'avenir. Mais les diplômes octroyés ne sont pas tous comparables.

Gouvernance
Le Gouvernement rwandais est autoritaire, capitaliste mais efficace. Tous les gouvernements soi-disant socialistes en Afrique m'ont déçu. Sékou Touré en Guinée, Julius Nyerere en Tanzanie, Kenneth Kaunda en Zambie, et Kwame Nkrumah au Ghana n'ont pas généré les résultats escomptés. Au Rwanda, de réels progrès sont visibles. Surtout si l'on compare au Burundi son voisin et jumeau, qui croule sous les problèmes. Durant mon séjour, certains m'ont dit que Kigali avait presque atteint les deux millions d'habitants. Il s'agirait plutôt d'un mythe puisque les chiffres de la Banque Mondiale
http://worldpopulationreview.com/countries/rwanda-population/cities/

1962 2018 Taux croissance
Kigali Rwanda 6 000 745 261 3,1%
Bujumbura Burundi 60 000 331 700 9,0%

Conclusion
Le pays s'est sorti du génocide avec un gouvernement très autoritaire mais extrêmement performant. D'abord constater pourquoi maintenant le Rwanda est parmi les pays les mieux classés en Afrique noire pour la bonne gouvernance mais aussi pour la sécurité et la propreté générale du pays. Les sacs de plastique y sont interdit alors que dans certains pays africains il y en plus accrochés sur les branches d'arbres que de feuille.
Corruption Perceptions Index 2013-2017:

https://www.transparency.org/news/feature/corruption_perceptions_index_2017#table
Country 2017 2016 2015 2014 2013 Moy
Botswana 61 60 63 63 64 62
Rwanda 55 54 54 49 53 53
Senegal 45 45 44 43 41 44
Burkina Faso 42 42 38 38 38 40
Côte D'Ivoire 36 34 32 32 27 32
Tanzania 36 32 30 31 33 32
Niger 33 35 34 35 34 34
Mali 31 32 35 32 28 32
Kenya 28 26 25 25 27 26
Uganda 26 25 25 26 26 26
Cameroon 25 26 27 27 25 26
Burundi 22 20 21 20 21 21
RDCongo 21 21 22 22 22 22
WIKIPEDIA: "Transparency International est une organisation non gouvernementale internationale d'origine allemande ayant pour principale vocation la lutte contre la corruption des gouvernements et institutions gouvernementales mondiaux."
------------------------------------------
J'attire l'attention sur un article, positif pour le Rwanda, mais qui ne tait pas les problèmes en cours :
Au Rwanda, un long et tortueux chemin vers la démocratie - Un texte de Janic Tremblay, à Désautels le dimanche Publié le vendredi 15 juin 2018
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1107235/rwanda-long-tortueux-chemin-democratie-liberte-presse-surveillance

Le Rwanda a fait des bonds de géant sur les plans économique et humain au cours de la dernière décennie, mais ce n'est pas encore une véritable démocratie. La liberté de parole est limitée et la presse n'est pas vraiment libre. Critiquer les autorités peut avoir des conséquences graves.

« Vous pouvez éteindre votre téléphone, S.V.P.?» La requête de l'invité est polie, mais formulée avec fermeté, sur un ton solennel qui tranche avec la conversation amicale des dernières minutes. En fait, il s'agit plutôt d'un ordre qui ne veut pas dire son nom. Si l'on refuse de s'y plier, il n'y aura tout simplement pas d'entrevue.
L'homme veut bien se confier, mais il redoute que le portable de son intervieweur soit utilisé comme un système d'écoute par les services d'espionnage rwandais. On se croirait dans un roman de John le Carré. Sauf que, à l'évidence, les craintes exprimées n'ont rien de fictif. Le contrôle de l'information est important, ici. Les agents du gouvernement ou les simples indics sont partout.

Les portraits à l'effigie de Paul Kagame se déploient un peu partout au Rwanda : dans les restaurants, les cafés, les hôtels et même les hôpitaux. On réfère souvent au président en parlant de Son Excellence. On l'évoque avec un respect qui frôle parfois la dévotion.
Cela peut se comprendre. L'homme est perçu comme un véritable héros. Personne ici n'a oublié qu'en 1994, la communauté internationale n'a pas levé le petit doigt. Personne n'est venu au secours des Rwandais qui ont péri pendant les 100 jours du génocide : entre 800 000 et 1 million de morts, presque tous exécutés à la machette. C'est Paul Kagame, alors général à la tête du Front patriotique rwandais, qui a arrêté le massacre. Il est aujourd'hui à la tête du pays, et ses initiatives ont transformé économiquement et socialement le Rwanda.

« C'est mon héros personnel!» affirme sans détour Boubacar Boris Diop. L'écrivain sénégalais s'est rendu plusieurs fois au Pays des mille collines. Il y a 20 ans, il faisait partie du groupe d'écrivains africains qui ont revisité le génocide au moyen de la fiction littéraire pour les besoins du projet « Rwanda : écrire par devoir de mémoire». Il en a tiré une oeuvre puissante : Murambi, le livre des ossements. Il a beaucoup d'admiration pour Paul Kagame, qu'il a rencontré à quelques reprises.

Boubacar Boris Diop rappelle aussi le rôle crucial que Kagame a joué dans la mise en place du nouvel ordre qui règne au pays. La société « triethnique» qui a prévalu pendant 63 ans et qui a largement causé le génocide a été jetée aux oubliettes de l'Hhstoire. Au Rwanda, maintenant, on n'est plus Hutu ou Tutsi ou Twa. Les cartes d'identité ne contiennent plus aucune référence ethnique. C'est la vision de Paul Kagame : «Ndi umunyarwanda» (je suis Rwandais).

Le président a aussi poussé le pays vers la modernité en améliorant grandement les infrastructures routières et numériques. Le système de santé comme celui de l'éducation sont en ébullition. Sous sa férule, les projets énergétiques se sont multipliés. Kigali est maintenant une ville sécuritaire, organisée et plus propre que bon nombre de grandes métropoles de la planète. Le tourisme est aussi en expansion. Il faut reconnaître que peu de leaders africains peuvent se vanter d'avoir autant accompli au cours des 10 dernières années. Mais le bilan est en demi-teinte, car il faut aussi considérer le respect des droits de la personne et de la démocratie. Ici, le Rwanda n'a de leçon à donner à personne.

L'impossible opposition
On pénètre dans les locaux du Parti démocratique vert du Rwanda avec l'impression de visiter un organisme communautaire en manque de financement. L'endroit – où tout le brouhaha de Kigali semble s'introduire – est vétuste, peu ou pas climatisé et presque dépourvu de meubles. Manifestement, le parti d'opposition qui a brigué les suffrages lors de la dernière élection ne roule pas sur l'or. Sur place, le chef de la formation, Frank Habineza, critique timidement le gouvernement sur certains enjeux environnementaux. Pour le reste, il est d'une prudence presque suspecte pour un journaliste occidental.
« Le Rwanda vient du génocide. Nous avons beaucoup de sensibilité dans la population. Si nous nous opposons au gouvernement, certains vont penser que l'on veut la guerre, diviser la population et ramener le génocide. Il faut faire preuve de sagesse. La politique doit être constructive et non violente. Si nous confrontons, ce sera difficile. On aura des problèmes», explique Frank Habineza.

Et des problèmes, il y en a eu pour les membres du parti au fil des ans :
- En 2010, le vice-président du parti, André Kagwa Rwisereka, a été trouvé mort, quasiment décapité. Un meurtre qui n'a toujours pas été élucidé.
- Il y a quatre ans, Jean-Damascène Munyeshyaka, un cadre du parti, est disparu sans laisser de trace.
La liste des opposants au pouvoir rwandais qui sont disparus ou morts dans des circonstances nébuleuses a de quoi inquiéter. Sans oublier ceux qui croupissent dans des geôles :
- Victoire Ingabire Umuhoza, qui a tenté de se présenter à l'élection présidentielle de 2010 sans que son parti soit reconnu, a été jugée et condamnée à 15 ans de prison pour « conspiration contre les autorités par le terrorisme et la guerre, minimisation du génocide de 1994 et propagation de rumeurs dans l'intention d'inciter le public à la violence».
- L'opposante Diane Rwigara, candidate indépendante à la dernière présidentielle en 2017, a été accusée d'incitation à l'insurrection, un crime passible de 10 à 15 ans de prison.
Questionné sur tous ces cas, Frank Habineza pèse chacune de ses réponses. Il sait qu'il avance sur un sol miné, et sa frilosité est manifeste.
- La démocratie est un processus qui prend du temps. Il faut être sage et patient. On a participé aux élections présidentielles. C'était difficile pour nous, mais c'était un premier pas.

Difficile : c'est le moins que l'on puisse dire. Le 4 août 2017, le FPR de Paul Kagame a été reporté au pouvoir avec 98,8 % des voix, une victoire obtenue dans un contexte de liberté d'expression ou d'ouverture de l'espace politique très limitée, indique Ida Sawyer, directrice pour l'Afrique centrale à Human Rights Watch.

« La victoire écrasante de Kagame n'est pas une surprise dans un contexte où les Rwandais qui ont osé faire entendre leurs voix ou remettre en cause le statu quo ont été arrêtés, ont été victimes de disparition forcée ou ont été tués, où les médias indépendants sont muselés, et où l'intimidation a muselé les groupes agissant pour les droits civils ou la liberté d'expression», constate Mme Sawyer.

Presse en péril On comprend bien vite les raisons de l'extrême prudence de Frank Habineza. Seulement quelques minutes après avoir quitté son bureau, le téléphone portable, qui s'était avéré jusqu'ici très fiable, cesse de fonctionner. Impossible de passer ou de recevoir des appels à partir du réseau cellulaire du Rwanda; même chose pour les textos. Il faudra recourir à l'application WhatsApp connectée au réseau Wi-Fi de l'hôtel pour communiquer avec le monde extérieur.

Pour le journaliste Anjan Sundaram, il ne s'agit pas du tout d'une coïncidence. Il note que les services secrets rwandais sont très bien formés, notamment par les États-Unis. « C'est très possible que votre téléphone ait été repéré et que vous ayez été mis sous écoute grâce à des logiciels très sophistiqués, développés par des compagnies européennes ou israéliennes.»

- On vous a surveillé. C'est fréquent. Les Rwandais savent d'ailleurs très bien que c'est ce qui arrive aux journalistes étrangers. En conséquence, ils font très attention à tout ce qu'ils vous disent, car pour eux, les conséquences peuvent être très négatives.
Le jeune auteur en connaît un bout sur le sujet. Il a passé cinq ans au Rwanda entre 2009 à 2014. Il y formait des journalistes pour la presse écrite. Il en a tiré un livre intitulé Bad News : derniers journalistes sous une dictature, dans lequel il évoque la destruction de la presse libre et indépendante au Rwanda. Le portrait qu'il dresse du pays de Paul Kagame n'a rien de rassurant.

« Quand j'ai commencé à enseigner aux journalistes du pays, j'ai appris qu'ils subissaient une répression extrême. Petit à petit, chacun de mes élèves a eu des difficultés. Certains ont été emprisonnés. D'autres ont dû fuir le pays. L'un d'entre eux, Jean-Léonard Rugambage, a été tué après avoir critiqué le président», raconte-t-il. « Je connais plusieurs journalistes indépendants de Kigali qui savent très bien que leur pays va mal. Mais ils n'osent pas parler par crainte de représailles. Alors, le message qui domine largement est que le Rwanda est une démocratie, que Paul Kagame est un bon président et que les gens sont libres de s'exprimer. C'est une farce, comme dans toutes les dictatures.»

Le journaliste rwandais Meilleur Murindabigwi dirige le média en ligne IGIHE, qui arrive au quatrième rang des sites les plus consultés au pays. Il affirme qu'il est très possible de critiquer le pouvoir en dénonçant notamment des individus plutôt que des institutions. Il juge aussi que les Occidentaux font des amalgames injustes, même lorsqu'il est question de la réélection de Paul Kagame avec presque 99 % des voix.
« Un étranger va conclure que c'est impossible à réaliser et forcément antidémocratique. Mais Paul Kagame a arrêté le génocide au moment où la communauté internationale restait les bras croisés. C'est grâce à lui et ses troupes si les survivants comme moi sont encore ici. Après le génocide, il a prévu un plan pour que le Rwanda puisse se développer. Le pays est maintenant cité en exemple partout en Afrique. Et on est en train de vivre ça!» lance Meilleur Murindabigwi.

Anjan Sundaram bat en brèche cette version. « Je me souviens d'avoir formé des journalistes d'IGIHE. Ça a eu très vite un grand succès. Je me souviens aussi du moment où l'État s'en est mêlé. La ligne éditoriale a complètement changé, et IGIHE a commencé à recevoir de la publicité des grandes compagnies rwandaises dont les actionnaires sont liés au gouvernement. Une régularisation de la situation, en somme. La fin des critiques à l'égard du gouvernement en échange d'argent, comme dans beaucoup de dictatures.»
De là à conclure que Paul Kagame est digne des pires dictateurs du continent africain, il y a un pas que bien des observateurs sérieux ne franchissent pas. L'écrivain Boubacar Boris Diop reconnaît que l'administration Kagame a fort probablement commis des exactions, notamment l'assassinat de l'ancien chef des renseignements Patrick Karegeya, tué dans sa chambre d'hôtel en Afrique du Sud en 2010.

« Quand on entend les gens parler de Kagame le dictateur, on a l'impression qu'ils parlent de Mobutu Sese Seko, d'Idi Amin Dada ou Jean-Bedel Bokassa. Ce n'est pas vrai! S'il était aussi sanguinaire que ces gens, on l'aurait su. C'est un modèle d'intégrité personnelle. On ne peut pas reprocher à Kagame d'aimer l'argent et de le détourner pour lui comme le font bien des chefs d'État africains», explique Boubacar Boris Diop.

Quelle démocratie?
L'économiste rwandais Ted Kaberuka vient lui aussi à la rescousse de Paul Kagame. Pour lui, le reste du monde juge un peu vite ce qui se passe au Rwanda. Il cite notamment le cas de la Chine, qui n'est pas sur la même longueur d'onde que l'Occident en matière de démocratie, mais qui a réussi à sortir une grande partie de sa population de la misère.
- On peut évidemment débattre longtemps là-dessus. La question, pour moi, c'est de savoir quel système convient le mieux pour chaque État. Les critiques à l'égard de notre pays sont souvent émises par des Occidentaux ou de grandes organisations de défense des droits de l'homme. Cela ne reflète pas nécessairement ce que les paysans ressentent ici.
« Le fait de pouvoir voter pour le candidat de son choix quand on n'a pas accès à l'eau potable ou à des soins de santé universels pour soi et ses enfants, qu'est-ce que ça donne? L'essentiel a été fait ici, soit d'investir dans le développement humain pour améliorer les conditions de vie des citoyens. Pour moi, la démocratie universelle, ça ne va pas marcher ici à court et moyen termes. On peut avoir une opinion différente, mais l'essentiel, c'est de voir que les paysans reçoivent ce dont ils ont besoin», poursuit l'économiste Ted Kaberuka.

L'économiste béninois Lionel Zinsou rappelle lui aussi que la grille d'analyse en ce qui concerne l'état de la démocratie au Rwanda doit obéir à des règles différentes. « Le pays est en redressement d'après-génocide. On est dans une situation tout à fait exceptionnelle. Tout le monde reconnaît par ailleurs que c'est de loin la meilleure administration du continent. C'est le seul pays où tous les ministres et responsables d'administration font l'objet d'un examen annuel sur ce qu'ils ont accompli. Ils sont promus ou quittent le gouvernement selon leurs résultats.»

Comme le disent plusieurs invités et personnes rencontrées au hasard lors de notre séjour au Rwanda, Paul Kagame est probablement le président dont le pays a besoin à ce moment de son histoire. Même le journaliste Anjan Sundaram reconnaît qu'on ne peut pas lui imputer toutes les violations des droits de la personne commises au Rwanda, car certaines sont probablement le fait d'initiatives individuelles."

STUMBLING ACROSS CANADIAN HISTORY By Pierre Beemans (Article)

 pierres photo

 
 Pierre Beemans
 

While much of my education about pop culture in the 21st c. is provided by my 12-year old grandson during our early morning walks with his dog, Canadian history is not one of our hotter topics . Recently, however, a passing question about the settlement of New France led me to dig around and discover several little known events in our national story.

HARD PASSAGE By Pierre Beemans (Book Review)

 

pierres photo

Pierre Beemans

Hard Passage, by Arthur Kroeger

University of Alberta Press, Edmonton, 2007. 269 pp.

 There are several good reasons to head down to the library (or the bookstore) to pick up a copy of this book, especially if you are a former civil servant in Ottawa. 

ALGONQUIN INTERNATIONAL RESTAURANT - By Pierre Beemans (Review)

pierres photo

Pierre Beemans

The children are long since graduated and the grandchild hasn=t started nursery yet, but I still look forward to the start of the school year. It means that the Algonquin Restaurant International will be open for business again and I can treat the wife and myself to one of Ottawa's best-kept (and best-tasting) gastronomical secrets.

THE RIGHTEOUS MIND BY JONATHAN HAIDT Reviewed by Pierre Beemans

pierres photo

Pierre Beemans

The Righteous Mind: Why Good People are Divided by Politics and Religion

Jonathan Haidt. Pantheon Books, NY, 2012, 420 pp.

In this highly readable and stimulating book Jonathan Haidt sets out and justifies his Moral Foundations Theory (MFT) and how it applies to the current socio-cultural and political environment in the USA. MFT postulates that humans in all societies are governed by six instinctive responses in their relations to their ‘moral environment’ and that these six responses are essential to a healthy balance both in the collective social order and in the individual’s engagement in society.

SLUMDOG MILLIONAIRE By Pierre Beemans (Film Review)

 

pierres photo

Pierre Beemans

Just at a time when the theatres and video stores seem to be treating us to one long stream of inane teen-sex comedies, morbid slasher films, ghost-and-demon dramas and unbearably (and interminably) cute cartoons dressed up as feature films, along comes one that really makes one enjoy watching movies again. Now, if only they can do something about the reek of greasy french fries and oily popcorn that the customers stuff themselves with, the theatres themselves might become equally enjoyable.

URUGUAY: PERSERVERANCE PAYS By Pierre Beemans (Article)

pierres photo

Pierre Beemans

My wife, Teresa, and I arrived in sunny 30°C Montevideo on February 18, the weekend that the parliamentarians of the newly elected government of President Tabare Vazquez were sworn in. It was the first avowedly leftist government in South America to have won a clear electoral and parliamentary majority. Twenty-five years ago, many of its members were languishing in political prisons. It is hard to seize the scope of such a historical political change in a week and even harder to cover it in a few paragraphs, but for the benefit of those who had to stay behind in sub-zero Ottawa in February I shall try to set out the context and summarize my impressions.

TITICACA TO RIVER PLATE By Pierre Beemans (Article)

pierres photo

Pierre Beemans

Towards the middle of January we had finished off the last of the Christmas turkey leftovers, we were into our fourth straight week of daytime highs below -10C and we had moved well beyond our saturation point for breathless CBC reports and righteous Citizen headlines about the sponsorship scandal. Isn't it summertime in South America, I asked my wife, Isn't it about time we visited the family in Bolivia and, while we are down there, looked in on some of our old friends in Uruguay?

BOLIVIA: COUNTRY IN CRISIS By Pierre Beemans (Article)

 

pierres photo

Pierre Beemans

My wife and I spent the first two weeks of February in Bolivia, visiting family and friends and taking in the Carnival celebrations that, while less known than those in Rio de Janeiro -- are among the most exuberant expressions of popular culture in Latin America. Our visit also gave us an opportunity to observe at first hand the political effervescence that had led the country to the brink of near-anarchy -- the meltdown of effective national government...

THE ELUSIVE SAUSAGE By Pierre Beemans (Article)

pierres photo

Pierre Beemans

It came to me as one of life's little epiphanies.One of those revelations that, like a lit window at the end of a dark street, both illuminates and comforts. We were standing, George H and I, warming ourselves on a chilly June day by a street vendor's brazier on the corner of Arenales and Plaza Washington, a couple of years before the Canadian Embassy in Lima relocated in 1975 to Miraflores.

REMEMBERING DWIGHT FULFORD By Pierre Beemans (Article)

 

pierres photo

Pierre Beemans

Gone, But Not Forgotten

Part of the price for a fully retired life is being pretty well out of the loop. It was in a line-up at the supermarket on Holy Saturday that I learned of the death of Dwight Fulford, some four years ago. He wasn’t a close friend - more of a good acquaintance, really, as we ran into each a couple of times a year at the Bytowne Theatre or some neighbourhood function in Alta Vista. Nonetheless, the news left me feeling that I had lost something: a chance, perhaps, to say goodbye and to remind him of why I held him in such high esteem.

HOW A $39 PRINTER COST ME $3000

 

pierres photo

Pierre Beemans

You know how it always starts. You bend down absentmindedly to flick away a loose chip of paint on the dining room baseboard, then you scratch off a bit more, and next thing you know, you’re repainting the whole room and remodelling the kitchen.

TEACHING ESL By Pierre Beemans (Article)

pierres photo

Pierre Beemans

One of the things about living overseas is that you are able to see your country through slightly different lenses when you return – sometimes more depth of field, sometimes more peripheral vision, and some times with less (or perhaps just different) distortion. In our case, when we returned from India after a couple of years away, I was struck by how much the demography of Ottawa had changed.

JULY 15, 1946 By Pierre Beemans (Article)

 

pierres photo

Pierre Beemans

July 15, 1946. That was the date on the yellowed pages of Maclean’s Magazine that I tugged out of a blocked-up space in our foundation wall a few months ago, along with the Friday, May 20, 1949 edition of The Ottawa Journal. I had pulled down a section of drywall in the basement to check the insulation and spotted what appeared to be an old vent hole. Someone, many years ago, had packed the exit in the outside wall with cement, and simply plugged the inside cavity with old paper.

CIDA VS. SENATE FOREIGN AFFAIRS COMMITTEE By Pierre Beemans (Column)

pierres photo

Pierre Beemans

CIDA vs. The Senate Foreign Affairs Committee

The Ottawa Citizen ran an article on February 17 on the report of the Senate Committee for Foreign Affairs and International Trade, which has been looking at foreign aid and CIDA for the last year or two. The article highlighted one of the options recommended for consideration, which was that CIDA be dismantled, and touched on several others. It also chastised the Agency for being inefficient and ineffective, and criticized it for its excessively high administrative costs.

THE GREAT FATHER-DAUGHTER ROAD TRIP By Pierre Beemans (Article)

 

 

 

Pierre and Adrianna Beemans

It had almost become one of those some-day-when-I-win-the-lottery things. For years now, it had been that one day when Adriana got her driver’s licence we were going to take a road trip together through deepest Middle America, going to neat places and out of the way towns and catching up on some serious father-daughter bonding.