• Home

LE BILLET DU SOMMELIER: CHRISTIAN LAPOINTE SUR LE VIN - DECEMBRE 2016

 Image result for CHRISTIAN LAPOINTE ambassador

 

 

Domaine des Météores, un vignoble qui se démarque en Outaouais québécois, à Ripon en Petite Nation

 

Un couple de vignerons de la petite localité de Ripon en Outaouais, André Cellard et Chantal Ippersiel duDomaine des Météores, a réussi à repérer un terroir situé sur un micro climat propice à la culture de la vigne. André, lui-même chercheur pendant un quart de siècle dans des institutions universitaires, a fait ses devoirs pour identifier les cépages adéquats à ce terroir. Avec son épouse Chantal, ils y ont introduit quelques variétés hybrides qui, au prix d’une viticulture soignée et d’une vinification finement ordonnée, offrent des résultats qui ont fait sursauter d’éloges tant les observateurs les plus exigeants d’Amérique que ceux de l’Europe la plus réputée.  Le micro climat y est si adéquat qu’il n’est même pas nécessaire d’y renchausser les vignes jusqu’à la moitié des plants pour les protéger du gel de l’hiver comme on doit le faire obligatoirement à chaque automne dans des zones réputées encore plus chaudes, telles celles du plein sud du Québec (région de Dunham) ou de la région du Prince Edward County en Ontario. Mais…dans le domaine de la production du vin, même dans les meilleures conditions en moyenne générale, on est jamais à l’abris d’un effet climatique difficile (ni à Ripon ni à Bordeaux). On en parlera plus loin.

LE BILLET DU SOMMELIER: CHRISTIAN LAPOINTE SUR LE VIN - SEPTEMBRE 2016

Image result for CHRISTIAN LAPOINTE ambassador

Christian Lapointe

 

Vignobles près d’Ottawa, grande nouvelle !

Visite du Domaine Perrault à Navan

Oui, une nouvelle association de producteurs de vins est née récemment pour toute la zone de l’Est de la province d’Ontario. Une quinzaine de vignobles répartis entre la ceinture immédiate d’Ottawa jusqu’à Cornwall se sont réunis en 2016 au gré d’une collaboration avec le collège La Cité d’Ottawa sous l’égide d’un projet de recherche appliquée que j’ai eu l’honneur de coordonner pour le collège. L’initiative a facilité l’accès à de précieux conseils techniques et scientifiques dans les domaines tant agronomiques qu’œnologiques pour ces vignerons. Nous reviendrons, dans un autre article, sur les résultats de cette collaboration bien tempérée entre le collège et cette nouvelle zone de production vinicole d’Ontario.

LE BILLET DU SOMMELIER: CHRISTIAN LAPOINTE SUR LE VIN - JUIN 2016

Image result for CHRISTIAN LAPOINTE ambassador

 

Pour le 40ème anniversaire du Jugement de Paris 1976 sur les vins

Si la qualité des vins dans le monde s’est développée au gré de l’amélioration progressive des méthodes de production, leurs prix se sont imposés par la domination constante de la loi de l’offre et de la demande. De nombreux éléments ont alimenté ces facteurs ainsi que des événements marquants depuis le XIXème siècle.

Les années 1970 furent riches de ces événements. En ce qui me concenrne, j’ai fait ma formation de sommelier au beau milieu du tourbillon créé par ces moments historiques intenses qui vont marquer la réalité du vin encore jusqu’à aujourd’hui.

En 1973, on ose effectuer une addition à la sacro sainte classification des grands vins de Bordeaux datant de 1855. Seulement quatre vins rouges se partageaient le premier rang jusqu’alors. En 1973, un cinquième fait son entrée, l’illustre Mouton-Rothschild. La devise de ce vin est passée de « Premier ne puis, second ne daigne, Mouton suis » à « Premier je suis, second je fus, Mouton ne change ». Jusqu’à cette date, les revolutions dans le domaine du vin se font par micro pas, comme ici, l’ajout d’une étiquette sur une courte liste de quelques dizaines ! Mais le cours des choses ne tardera plus à s’accélérer.

En mai 1976, un vendeur de vins d’origine Britannique, installé Place de la Madeleine à Paris, Steven Spurrier, organise avec sa partenaire d’affaire d’alors, Patricia Gallagher (devenue Gastaud-Gallagher et directrice du vin chez Cordon Bleu en Suisse aujourd’hui), une dégustation à l’aveugle de haute voltige à Paris mais qui se voulait informelle au départ, prétexte à souligner le bi-centenaire de l’indépendance des États-Unis. On invite une brochette de dégustateurs parmi les plus connus et redoutables de France à venir évaluer à l’aveugle des vins les plus prestigieux de France et les plus réputés de Californie, la plupart de ces derniers, originaires de vignobles établis depuis moins de 10 ans. L’objectif était de déterminer la liste des 10 meilleurs blancs et des 10 meilleurs rouges. On ne se faisait pas d’illusions sur l’issue de l’exercice, les grands vins de France dominaient en qualité depuis des siècles.

Biais personnel de Spurrier ? Non, il ne participle même pas au jugement final qu’il laisse aux bons soins de ses amis Français. Mais il avait choisi ces grands vins de France qu’il croyait pouvoir l’emporter haut la main sur ceux de Californie.  Sur ce terrain, il fut également confondu.

Les juges choisis furent: Odette Kahn, rédactrice en chef de la Revue du vin de France, Jean-Claude Vrinat du restaurantTaillevent, Raymond Oliver du restaurant LeGrand Véfour, le sommelier Christian Vanneque de La Tour d’Argent, Aubert de Villaine du Domaine de laRomanée-Conti, Pierre Tari de Château Giscours, Pierre Bréjoux de l’Institut national des Appellations d’origine (INAO), Michel Dovaz de l’Institut du vin, Claude Dubois-Millot de Gault-Millau.

Dégustation à l’aveugle, on avait demandé aux juges de noter les vins sur 20, selon quatre critères : couleur et clarté, nez, bouche et harmonie. Le résultat aura l’effet d’une bombe dans le monde du vin et qui sera communément appelé depuis “le jugement de Paris”.Voici la liste des résultats obtenus:

BLANCS (Chardonnay)

1  États-Unis-Chateau Montelena  1973 (œnologue :Mike Grgich) - 14,4

2  France - Roulot (Meursault Charmes) 1973 - 14,05

3  États-Unis - Chalone Vineyard  1974 - 13,44

4  États-Unis - Spring Mountain Vineyards  1973 - 11,55

5  France -Joseph Drouhin Le Clos des Mouches (Beaune) 1973 - 11,22

6  États-Unis - Freemark Abbey Winery  1972 - 11,11

7  France -Ramonet-Prudhon (Bâtard-Montrachet) 1973 - 10,44

8  France -Domaine Leflaive Les Pucelles (Puligny-Montrachet) 1972 - 9,88

9    États-Unis - Veedercrest Vineyards 1972 - 9,77

10              États-Unis - David Bruce Winery  1973 - 4,66

ROUGES (Style Bordeaux)

1États-Unis -Stag's Leap Wine Cellars 1973 – 14,142

2France -Château Mouton-Rothschild (pauillac) 1970 – 14,09à

3France -Château Montrose (Saint-Estèphe) 1970 – 13,64

4France -Château Haut-Brion (Pessac-Léognan) 1970 – 13,23

5États-Unis -Ridge Vineyards  Monte Bello 1971 – 12,14

6  France -Château Léoville Las Cases (Saint-Julien) 1971 – 11,18

7États-Unis -Heitz Wine Cellars 'Martha's Vineyard' 1970 – 10,36

8États-Unis -Clos Du Val Winery  1972 – 10,14

9  États-Unis -Mayacamas Vineyards  1971 – 9,7

10États-Unis -Freemark Abbey Winery  1967 – 9,64

Trente ans plus tard, en 2006, Spurrier et Gastaud-Gallagher vont refaire simultanément, le même jour, en Californie et à Londres, la dégustation des mêmes vins des mêmes millésimes avec deux jurys de sommités mondiales, entre autres: Christian Vanneque (juge en 1976), Michel Bettane, Michael Broadbent, Michel Dovaz (juge en 1976), Hugh Johnson, Jancis Robinson. Colossal !

Voici le résultat pour les rouges:

  1. États-UnisRidge Vineyards Monte Bello 1971
  2. États-UnisStag's Leap Wine Cellars 1973
  3. États-UnisMayacamas Vineyards 1971 (ex-aequo avec Heitz))
  4. États-UnisHeitz Wine Cellars 'Martha's Vineyard' 1970 (ex-aequo)
  5. États-UnisClos Du Val Winery 1972
  6. FranceChâteau Mouton-Rothschild 1970
  7. FranceChâteau Montrose 1970
  8. FranceChâteau Haut-Brion 1970
  9. FranceChâteau Leoville Las Cases 1971
  10. États-UnisFreemark Abbey Winery 1969

Certes, on y retrouve quelques différences et l’ordre des rangs quelque peu modifié mais la tendance forte demeure. Mais ce qui a le plus étonné les auteurs de cette dégustation fut que, malgré les résultats en 1976, on disait à ce moment là que les vins Américains ne tiendraient pas la route de la longévité. Ce n’est pas du tout ce qu’a révélé la revisite de 2006.  De plus, on a effectué une seconde dégustation des mêmes vins mais avec des millésimes récents à l’aveugle.  Mais les producteurs de France s’opposèrent à mélanger les vins des deux zones. La dégustation eut lieu séparément, la Californie et la France.

La presse en France a ridiculisé et surtout minimisé les résultats de ces expériences. Le Figaro a publié (3 mois après l’événement) un article à ce sujet qualifiant le résultat de “risible” ! Heureusement, en 2016, le Figaro était devenu plus nuancé au sujet de ces dégustations historiques, mais pas plus bavard qu’il ne le fallait.

En 1979, au cours de ma deuxième année de formation comme sommelier, nous apprenions que le célèbre Gault-Millau en France avait réalisé une dégustation similaire qu’elle appella les Olympiades ou Olympiques des Vins Gault-Millau. La majorité des dégustateurs sont Français et célèbres. Le résultat fut un autre gros pavé dans la marre: l’espagnol Torres Gran Corona Black Label 1970 (plus tard baptisé simplement  “Mas la Plana”) arrive premier devant les Châteaux Latour et Haut-Brion 1970. Il est encore difficile aujourd’hui de trouver de la documentation même sur internet à ce sujet: ostracisé ou nettoyé, sujet encore tabou en France. Les grands châteaux de France n’ont plus jamais jugé utile de proposer leurs vins dans ce genre de concours !

La même année, en 1979, un jeune américain très aficionado du vin, du nom de Robert Parker, démarre la publication de son courier du vin au nom de “Wine Advocate” qui deviendra le thermomètre à la fois le plus craint et le plus désiré des producteurs de vins du monde (surtout des Français). Pas à dire, le mal vient toujours des États-Unis ! Un vin remarqué par Parker établira instantanément sa réputation et lui assurera son avenir économique. Les producteurs mettront volontiers de l’avant que leur vin soit “parkerisé”.

Pour souligner le 40 ième anniversaire du “Jugement de Paris”, notre association de sommeliers a organisé à Ottawa une dégustation à l’aveugle juste avant la sortie du 28 mai 2016 de Vintages en Ontario de plusieurs de ces vins prisés en 1976. Évidemment, pas tous les vins de 1976 étaient disponibles et on y a alligné des vins de haute voltige du Nouveau Monde et du Vieux Monde. Nous étions 19 dégustateurs et nous y avons dégusté 6 vins blancs et 6 vins rouges. Voici le résultat des meilleurs vins notés en ordre de préférence quasi unanime:

Blancs

1.USA - Grgich Hills 2013 (vinificateur du Montelena qui arriva 1er en 1976)  67.95$

2. USA - Château Montelena 2014  -  75.95$

3. France - Alain Chavy Puligny-Montrachet 2013 (pas sur la liste de 1976) – 68.95$

Rouges:

1. USA - Ridge Monte Bello 2013 – 191.95$

2. USA - Clos du Val 2013 – 59.95$

3. France - Château Montrose 2011 – 169.95$

4. USA - Freemark Abbey 2012 – 54.95$

 

Étonnant n’est-ce pas !

Christian Lapointe

Chroniqueur de vins

Professeur de sommellerie

Collège La Cité, Ottawa

Ambassadeur (Canada) Association des Sommeliers d’Europe

*****

JustOttawa a la chance d’accueillir des articles sur le vin de Christian Lapointe. Christian est connu pour son   « Le Billet du sommelier » qui a pour objectif de guider le consommateur ayant accès aux vins et produits spécialisés commercialisés par le secteur Vintages de la LCBO en Ontario. À tous les 15 jours, Vintages apporte autour de 125 nouveaux produits sur le marché. Christian, ambassadeur canadien à la retraite et sommelier depuis près de 40 ans sélectionne ses produits préférés et les propose à des milliers de consommateurs, restaurateurs, hôteliers et formateurs en sommellerie à chaque sortie bi-mensuelle depuis 1999 (avec interruption entre 2006 et 2010). Si vous êtes intéressés à recevoir ce billet gratuitement, n'hésitez pas à en faire la demande à l'adresse suivante: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

LE BILLET DU SOMMELIER: CHRISTIAN LAPOINTE SUR LE VIN - MAI 2016

Image result for CHRISTIAN LAPOINTE ambassador

 Cépages emblématiques: nuancer !

Une sortie Vintages  en février 2013 titrait : « Carte de typicité, un tour d’horizon des cépages emblématiques du Nouveau Monde ».

Il s’agissait d’un bel emballage commercial pour introduire une longue brochette de vins du Nouveau Monde. Intéressant, mais j’aimerais ici apporter une petite nuance sur la notion de « cépages emblématiques ». La liste évoquée est large,  généreuse et ne révèle pas strictement ce que le qualificatif d’emblématique pourrait signifier, c'est-à-dire, ce qui devrait être particulièrement typé à un terroir donné.  Pour illustrer mon propos, classons les cépages qui répondent de manière évidente  à cette liste élaborée en 2013.

Le torrontes et le malbec en Argentine, oui, bien sûr ! (On devrait y ajouter le bonarda)

Le carmenère, bien sûr, au Chili.

Le tannat en Uruguay, bien sûr, (même s’il en était pas question dans la dite liste – histoire de mieux compléter ce tour d’horizon Nouveau-Monde)

Pour le reste, il faut, à mon avis, associer le qualificatif d’emblématique  de manière plus nuancée, y ajouter d’autres critères d’association. 

Pour le chardonnay, cépage soit disant « pousse-partout », il faut l’admettre, réussit mieux en climats frais. Les plus grands viennent de la Bourgogne sans contredit, climat frais pas excellence en France et en Champagne qui s’inscrit aussi dans cette définition. Le Canada et les États du nord des États-Unis en produisent les plus fins et subtils du Nouveau Monde. Si on parle de Californie, n’oublions pas que, dans ce cas, si on réussit à produire des récoltes  de grande maturité en raison d’un ensoleillement idéal, la vinification du chardonnay est surtout réputée à cet endroit pour produire les grands boisés tant appréciés des dégustateurs typiques nord-américains. Mais des micro-zones Californiennes de conditions d’équilibre entre le jour chaud et la nuit fraiche apportent leur lot d’immenses vins fort réputés, dans ces cas, avec des méthodes de vinification plus nuancées. Nous en reparlerons à l’occasion d’un article prochain sur le 40ème anniversaire du Jugement de Paris.

Il en est de même pour le pinot noir au Nouveau Monde, climats frais d’abord. Même chose pour le riesling : Niagara, Okanagan et Finger’s Lake New York.

Le cabernet sauvignon est un autre cépage soit disant « pousse-partout ». Dussert-Gerber en France déclarent que l’on abuse de ce cépage dans bien des endroits et je leur donne en partie raison. Dans le Nouveau Monde, la Californie et le Chili s’illustrent vraiment et le terme d’emblème y est approprié. Pour le reste, le terme emblématique serait abusif. Réussir à certains endroits d’excellents vins avec un cépage donné n’autorise pas à généraliser l’attribution d’emblème pour cette même région.

La sirah est de toute évidence associée à l’Australie, pays du Nouveau Monde dans lequel on retrouve des vins très fins provenant de ce cépage et aussi les pires (impitoyablement boisés pour plaire à une clientèle bien établie d’abord en Australie et aussi aux États-Unies).

Il faudra sans doute admettre le vidal et le baco noir comme évidences de grand succès au Canada.

Pour finaliser ce petit tour, bien que fort sommaire du Nouveau Monde, la Nouvelle Zélande s’illustre sans contredit avec le sauvignon blanc, l’Afrique du sud avec son chenin blanc et son muscat servant à l’élaboration de son fameux vin de Constance.

Christian Lapointe, le 20 mai 2016

Référence : Vintages, LCBO, sortie du 2 février 2013

*****

JustOttawa a la chance d’accueillir des articles sur le vin de Christian Lapointe. Christian est connu pour son   « Le Billet du sommelier » qui a pour objectif de guider le consommateur ayant accès aux vins et produits spécialisés commercialisés par le secteur Vintages de la LCBO en Ontario. À tous les 15 jours, Vintages apporte autour de 125 nouveaux produits sur le marché. Christian, ambassadeur canadien à la retraite et sommelier depuis près de 40 ans sélectionne ses produits préférés et les propose à des milliers de consommateurs, restaurateurs, hôteliers et formateurs en sommellerie à chaque sortie bi-mensuelle depuis 1999 (avec interruption entre 2006 et 2010). Si vous êtes intéressés à recevoir ce billet gratuitement, n'hésitez pas à en faire la demande à l'adresse suivante: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

LE BILLET DU SOMMELIER: CHRISTIAN LAPOINTE SUR LE VIN - AVRIL 2016

Image result for CHRISTIAN LAPOINTE ambassador

 

JustOttawa a la chance d’accueillir des articles sur le vin de Christian Lapointe. Christian est connu pour son   « Le Billet du sommelier » qui a pour objectif de guider le consommateur ayant accès aux vins et produits spécialisés commercialisés par le secteur Vintages de la LCBO en Ontario. À tous les 15 jours, Vintages apporte autour de 125 nouveaux produits sur le marché. Christian, ambassadeur canadien à la retraite et sommelier depuis près de 40 ans sélectionne ses produits préférés et les propose à des milliers de consommateurs, restaurateurs, hôteliers et formateurs en sommellerie à chaque sortie bi-mensuelle depuis 1999 (avec interruption entre 2006 et 2010). Si vous êtes intéressés à recevoir ce billet gratuitement, n'hésitez pas à en faire la demande à l'adresse suivante: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

                                                                                                   *****

AVRIL 2016

Expliquer et parler du vin

En abordant le sujet du vin, sans doute la première chose qu’il faut jurer de ne jamais faire, c’est de généraliser. Alors, établissons dès le départ, et ce, sur toute la ligne, qu’en explorant le sujet du vin, il nous faudra constamment « particulariser ». Vous l’avez bien compris, « particulariser » est bel et bien le contraire de « généraliser ». 

Pour illustrer ce propos de manière évidente, prenons la carte de la France qui illustre les lieux géographiques où se trouvent les zones de production de vins. La France est tellement associée à la production du vin que l’on peut facilement croire que l’on peut y produire du vin n’importe où. Croyez-moi, les Gaulois ont essayé, depuis plus de 2,000 ans, d’en produire à peu près n’importe où sur leur territoire! Mais non, la production du vin ne se fait que dans des endroits où l’on y trouve les conditions nécessaires, à savoir, le micro climat offrant le bon sol, le bon ensoleillement, le bon degré de chaleur, l’orientation des pentes, l’alimentation en eau et bien d’autres facteurs encore définissant le terroir. Alors, voici la première « particularisation » qui s’y applique ! Donc, pas de généralité !!!

france-ensemble-vignoble.png

 

Afin de particulariser davantage mes propos tout en continuant de les illustrer, je vais vous présenter une autre carte, celle des principaux cépages cultivés sur ces différentes régions vineuses de France. Vous verrez que, dans chacune, on a trouvé les principaux cépages qui offrent les meilleurs résultats. Encore une fois, tous les cépages ne peuvent se cultiver n’importe où. Certains terroirs favorisent davantage certains cépages. Et c’est le même phénomène que l’on retrouve partout dans le monde où l’on cultive la vigne pour en faire du vin.

 

 france-cepage.png

Selon le terroir du pays où sera cultivé tel cépage, il en résultera des arômes et des goûts particuliers. Certains cépages vont produire de meillers résultats en climat frais. Il en est ainsi pour le pinot noir en rouge. Pour les blancs, le riesling, le gewürztraminer et, jusqu’à un certain point le chardonnay, font des merveilles en climat frais. Ces choses ont été expliquées par la science moderne mais pendant des siècles, c’est au fil de l’expérimentation que l’on en venu à ces conclusions évidentes.

Le cas particulier du Canada

Une trop rapide généralisation des choses est bien souvent une manifestation d’une certaine ignorance d’un sujet. Dans le domaine du vin, prenons l’exemple du Canada. Bien longtemps, on a dit de ce pays que l’on ne pouvait pas y cultiver du vin qui vaille ! Si au moins on avait dit que le vin que l’on y a cultivé à date ne valait rien, on aurait été un peu plus proche de la vérité.

En effet, dans ce pays, au moment où les Européens le découvraient en 1534-1535, Jacques Cartier avait trouvé sur cette immense île devant le site de la ville de Québec d’aujourd’hui,  le territoire couvert de vigne indigène de type Vitis riparia.

Extrait des relations de voyages de JACQUES CARTIER

Le 7 septembre 1535

«Après que nous fumes arrivez avecques les barques ausdictz navires, et retournez de la ripvière saincte Croix, le cappitaine commanda aprester lesdictes barques, pour aller è terre à ladicte ysle  veoyr les arbres qui sembloient a veoir fort beaux, et la nature de la terre d’icelle ysle ; ce qui fut faict. Et [nous] estans à ladicte ysle, la trouvasmes plaine de fort beaulx arbres, comme chaisnes, hourmes, pins, seddrez et aultres boys de la sorte des nostres ; et pareillement y treuvasme force vignes, ce que n’avyons veu, par cy-devant à toute la terre; et pour ce, la nommasmes L’ISLE DE BASCUS . Icelle isle tient de longueur environ douze lieues et est moult belle terre [à veoir], et vnye, [mais est] plaine de boys, sans y avoir aucun labouraige, fors qu’il y a [aucunes] petites maisons, où ilz font pescherie, comme par cy davant est faict mentio.»

Avec les vignes de type Vitis labrusca, le Riparia était parmi les plus répandus en Amérique du nord et c’est avec ces types de raisins que l’on a produit pendant des siècles ce que l’on appelait les vins canadiens.  Jacques Cartier lui-même, constatant le caractère amer et la puissante acidité de ces raisins, décida sur le chemin du retour, de ne plus baptiser cette île dite de Bacchus et lui octroyer le nom d’Orléans en l’honneur du Duc, fils du roi François 1er.

Les réputations sont parfois difficiles à défaire. Pendant longtemps, on croyait ne pas pouvoir produire du bon vin au Canada et ne pas pouvoir y faire croitre le Vitis Vinifera, les variétés nobles à compter desquelles on fabrique les vins de qualité internationale. En réalité, personne encore n’avait tenté de cultiver ces variétés et surtout pas encore de rechercher les terres sur lesquelles on pourrait au mieux cultiver ces cépages.

Au début des années 1970, des jeunes vignerons canadiens d’origine européenne assez récente, commencèrent à arracher le riparia et le labrusca de la Péninsule du Niagara et d’y planter du vinifera. Ils s’appellent Donald Ziraldo, Paul Bosc, Leonardo Pennachetti, les frères Schmidt, Herbert Konzelmann, Gary Pillitteri et  combien d’autres. En quelques années, on a fait la démonstration par la preuve que le Vitis vinifera pouvait s’épanouir de manière spécifique sur le territoire de la vaste Péninsule du Niagara. On a réussi, en trois décennies de grands labeurs, à acquérir les fines connaissances scientifiques des différents terroirs dont la zone est composée et qui, classée comme climat frais, offre des conditions idéales à la cultures de nombreux cépages, tant de blancs que de rouges. On y reviendra plus en détail plus loin.

On ne peut rien faire de bon avec des cépages hybrides ou rustiques ?

Ici encore des généralisations, des généralités ! Examinons la question d’un angle un peu plus organisé !

Pendant longtemps au Canada, surtout sur le territoire de la péninsule du Niagara, on a produit des vins à compter de cépages hybrides, rustiques et résistants au climat rigoureux du Canada. On cultivait à peu près n’importe lequel cépage n’importe où, sans avoir fait grande recherche sur l’adéquation des variétés sur les terroirs et de plus, les méthodes de vinification étaient au mieux correctes et plutôt « génériques », c’est à dire que l’on procédait de manière à construire des vins sans aucun égard aux qualités issues des cultures sur les parcelles particulières. C’est connu, chaque parcelle de terroir s’exprime de manière particulière selon les cépages utilisés. La manière de les cultiver, la viticulture, va beaucoup influer aussi sur le résultat final, on le verra plus tard en détail.

Et lorsque la vigne est cueillie, on va la vinifier de manière homogène selon sa provenance, laisser s’épanouir le jus ainsi réalisé dans sa propre cuve. Et plus tard, on va soit décider de l’embouteiller lui-même selon sa propre singularité ou on va mener les recherches d’assemblage nécessaires à unir le jus de deux ou plusieurs terroirs et selon des proportions qui vont conduire à donner plus ou moins de caractère ou d’équilibre au produit ainsi assemblé. Ce processus va se faire avec des cépages d’origine Vinifera ou autres, peu importe. L’important est d’avoir bien sélectionné les variétés qui vont le mieux réussir aux sols et climats de l’endroit. Ce choix se fera seulement au prix d’une recherche soignée accompagnée la plupart du temps d’expérimentations longues et onéreuses. Rappelez-vous que la vigne mets trois ans avant de produire son premier fruit.

Récapitulons un peu pour constater que pendant plus d’un siècle, sur la péninsule du Niagara on y a cultivé des hybrides n’importe où. Au début des années 1970, après études appropriées et essais, on s’est mis à constater que l’on pouvait réussir avec grand succès la culture de Vinifera. Est-ce vouloir dire que la culture d’hybrides était inutile et ne pouvait donner de bons résultats ? Non, car il s’agit d’une équation à plus d’un seul inconnu.

En réalité, le même principe s’applique pour n’importe laquelle variété. Les études appropriées de terroir, une viticulture adéquate et une vinification achevée conduisent à l’élaboration de vins réussis. Leur type de cépage va lui donner son caractère singulier. Si le gewürztraminer n’est pas cultivé sur le bon terroir, faisant l’objet d’une viticulture délabrée et vinifié n’importe comment, vous constaterez que le résultat ne sera pas très brillant ni en arômes ni en goûts.

Aujourd’hui, certains vignobles Canadiens ont repris la culture du maréchal Foch pourtant réputé autrefois pour ses vins décapant et d’une médiocrité sans pareille, mais réussissent aujourd’hui à vous produire des vins d’une finesse et d’une singularité qui séduisent les palais les plus exigeants. Essayez de mettre la main sur un Marechal Foch de Quail’s Gate de la vallée de l’Okanagan ou de celui de Malivoire sur la péninsule du Niagara, il sont une pure merveille d’équilibre, de complexité et surtout d’une singularité que seule sa variété peut lui conférer. C’est un vin qui ne ressemble à aucun autre !

Un vigneron de la petite localité de Ripon situé dans le sud-ouest du Québec (André Cellard du Domaine des Météores) a réussi à repérer un terroir situé sur un micro climat idéal à la culture de la vigne. Lui-même chercheur pendant un quart de siècle dans des institutions universitaires, il a fait ses devoirs pour identifier les cépages adéquats à ce terroir. Il y a introduit quelques variétés hybrides qui, au prix d’une viticulture soignée et d’une vinification finement ordonnée, offrent des résultats qui ont fait sursauter d’éloges tant les observateurs les plus sévères provenant d’Amérique que ceux de l’Europe la plus réputée.  Le micro climat y est si adéquat qu’il n’est même pas nécessaire d’y renchausser les vignes jusqu’à la moitié des plants pour les protéger du gel comme on doit le faire obligatoirement à chaque automne dans des zones réputées encore plus chaudes telles celles du plein sud du Québec (région de Dunham) ou la région du Prince Edward County en Ontario.

Cépages ou appellations ?  Cabernet Sauvignon ou Château Giscours ?

Comment aujourd’hui, aborder la connaissance du vin ? Dans le vieux monde, on a développé l’identification des vins à compter des noms qui leur ont été donnés, ce qui corresponds la plupart du temps à des réalités de références familiales, locales ou d’origine géographique précise. L’arrivée du système des appellations d’origine contrôlées en 1936 en Europe (la France en premier) a contribué à codifier ces manières de doter les vins d’une identité nominale. Jamais on a songé à identifier les vins par les cépages dont ils sont issus.

Par exemple, en Bourgogne, tous les vins rouges sont issus du pinot noir et la vaste majorité des blancs à partir du chardonnay (à l’exception d’une petite proportion faite à partir de l’aligoté). Chaque vin porte d’abord le nom du village ou du lieu dont il est originaire et on va souvent ajouter le nom de la parcelle précise de terroir où il est cultivé. Indiquer le nom du cépage sur l’étiquette serait perçu comme une redondance dans ce cas. Mais l’important, partout en Europe, est d’indiquer une identité du vin par rapport à une référence intime de famille ou de lieu d’où il est originaire. Cet exemple, où tous les vins sont produits du même cépage, est sans doute évident et la plus simple à expliquer.  Mais la majorité des zones de production vineuse dans le monde font appel à des assemblages de deux ou plusieurs cépages pour produire leurs vins.

Dans le Bordelais, une majorité de zones de production fait appel aux assemblages pour élaborer leurs vins. Dans le monde du vin, on en est venu à appeler les vins assemblés des cépages typés de la région de Bordeaux, des vins de « type Bordeaux ». Dans l’esprit du respect de l’utilisation des noms spécifiques liés aux appellations d’origine, on a dû, au Nouveau Monde, inventer un terme qui signifie « vin d’assemblage de type Bordeaux », ce terme est le « méritage » (combinaison des mots mérite et héritage mis au point par Neil Edgar, un Californien deNewark). Le terme est devenu encore davantage spécifique et soumis à une définition très restreinte et aux règles d’appartenance à l’association qui en régie l’utilisation.

Au Nouveau Monde, on a démarré la culture de la vigne pour la production du vin bien plus tard au cours de l’histoire et on a, peu à peu, voulu identifier ses produits par rapport aux cépages. On utilise cette identification d’abord sur les cuves de vinification, ensuite sur les barils de vieillissement et on les répercutait sur l’étiquette des bouteilles, simplifiant ainsi l’usage des mêmes codes identitaires dans tout le processus de fabrication du vin. Pour compléter la spécificité identitaire  du produit, on ajoutait sur l’étiquette, bien sûr, le nom du vignoble et son millésime. Au Nouveau Monde, on aura un « Chardonnay Cave Spring 2012 ». En Bourgogne, on vous proposera un « Chablis Laroche 2012 ».

Les cépages dominants en Ontario


BLANCS

Chardonnay

Riesling

Gewürztraminer

ROUGES

Pinot noir

Cabernet franc

Merlot

Cabernet sauvignon

Syrah

Gamay

Baco noir

Foch

VENDANGES TARDIVES ET VINS DE GLACE

Vidal

Riesling

Merlot

Cabernet franc


Christian Lapointe

Chroniqueur de vins

Professeur de sommellerie

Collège La Cité, Ottawa

Membre de la Guilde des Sommeliers d'Ottawa

Ambassadeur ASE Canada (Association des Sommeliers d'Europe)